La Carène

Brest

Photo 1 La Carène Photo 2 La Carène Photo 3 La Carène Photo 4 La Carène Photo 5 La Carène

Qu’on se le dise, en Bretagne, il n’y a pas qu’à Rennes que les éclairs du rock déchirent la nuit. À la Carène aussi, le tonnerre de Brest gronde et résonne des mille notes des musiques actuelles.

Un paquebot, amarré sur les docks, où l’on vient régulièrement se marrer entre amis. Un enivrant navire, où les rockers du port viennent régulièrement enfiler le bleu de chauffe. Quatre-vingt-dix concerts par an, cela s’entend, dirons-nous.

Sous la ligne de flottaison, la Carène sait aussi s’immerger dans le grand bain des pratiques amateurs, notamment grâce à six studios équipés pour les grandes traversées. Outre Les Caréneurs, des soirées organisées chaque trimestre pour découvrir les trésors locaux, la Brigade démineurs ouvre également un espace aux 11-20 ans. Une manière de dire qu’à Brest, la jeunesse ne reste ni en rade, ni au fond de la cale.

Avec son architecture originale dessinée par Jacques Ripault, le bâtiment ripoliné de couleurs rouille semble tout aussi inoxydable que le public des fidèles. Trois salles de concerts permettent de mettre les petits pas de danse dans les grands : de 300 ou 1300 places, avec entre les deux, une scène terrasse de 500 places offrant une vue imprenable sur l’horizon des musiques actuelles.

Rock ou rap, hip-hop ou world music, hard ou reggae, punk ou chanson française, La Carène n’a pas son pareil pour changer de cap et varier les plaisirs. À la pointe du Finistère, la musique ne semble donc pas décidée de se taire, et l’horizon nous dévoilera encore bien des mystères de son. Ce qui s’appelle avoir le vent en pop.

Retrouvez toute la programmation sur le site de La Carène