Gwennyn

Des dunes à la Une

Photo 1 Gwennyn

Elle s’habille, chante, vibre en breton. À 38 ans, Gwennyn n’a jamais aussi bien représenté le Gwenn-Ha-Du, le drapeau d’une région repeint pour l’occasion aux couleurs de l’arc en ciel.

Pour faire simple, nous dirons que Gwennyn est bretonne sous toutes les coutures. Celles, par exemple, des tuniques imaginées par le designer Pascal Jaouen ou par Miss Breizh, qu’elle revêt lorsqu’elle monte sur la scène. Un destin cousu de fil blanc et noir, dirons-nous : petite, la fille d’un dessinateur de bande dessinée et d’une agricultrice (Malo et Françoise Louarn) sera l’une des premières à s’asseoir sur les bancs de l’école Diwan de Rennes ; et en 2000, c’est ni plus ni moins aux côtés du légendaire Allan Stivell qu’elle fait ses premiers pas dans le monde merveilleux de la musique celtique, avant de se faire remarquer lors des festivals des Vieilles charrues et des Tombées de la nuit. Après De l’autre côtéen 2003 etMatriceen 2009, son dernier albumLe Chant des dunessonne l’heure de la consécration  (prix du disque 2012 par Le Télégramme) pour la jeune chanteuse à la voix légère et aérienne. Il faut dire que Gwennyn est particulièrement bien entourée : avec notamment Patrice Marzin à la guitare (Hubert-Félix Thiéfaine, Calvin Russell, Gérard Manset) et Kevin Camus au uillean pipe (Nolwenn Le Roy), l’épopée pop rock celtique est assurée d’être palpitante. Qu’il lui permette de décrocher la une ou la lune, Le chant des dunes nous invite en attendant à nous laisser engloutir, dans les sables émouvants de ses chansons sensibles.