Didier Squiban

Pays Jazz de Bretagne

Photo 1 Didier Squiban

Exquis Didier Squiban, écrirons-nous simplement à propos de cet artiste toujours en équilibre sur les fils de la musique bretonne, du jazz et de la musique symphonique. De l’île de Molène à la mer d’Iroise, un voyage en harmoniques dont nous gardons immanquablement d’immarcescibles images.

De Molène à l'Imaginaire

Ploudalmézeau, le nom de son village natal finistérien, est a lui seul un poème. Ajoutons à cela l’île de Molène, dont ses ancêtres sont originaires, et nous comprenons mieux le goût de Didier Squiban pour les excursions symphoniques.

Influencé par Keith Jarrett et Bill Evans, le compositeur pianiste nous a habitué, depuis 1995, à découvrir des pays jazz imaginaires et harmoniques, sorte de rêves influencés par la musique bretonne. Une musique classique hors du commun, des touches d’ivoire nous donnant à voir la mer d’Iroise… Un panorama unique au point de conquérir l’Orchestre de Bretagne, qui a inscrit ses symphonies à son répertoire.

 Les exquises esquisses de Didier Squiban

Breton sur ton, certes, Didier Squiban utilise cependant une palette sonore universelle. Les mêmes couleurs qui feront de lui un incontournable des festivals bretons, en même temps qu’un habitué du festival Interceltique de Lorient, auquel il offre régulièrement la primeur de ses œuvres. En piano solo, ou à l’occasion de collaborations très remarquées avec Dan ar Braz ou Yann Fanch Kemener, l’artiste caméléon sait s’adapter à l’humeur du moment, vagabonde ou à deux doigts de la fugue.  

Et comme s’il manquait une corde à son arc en ciel pourtant déjà bien irisé, Didier Squiban n’esquive aucun défi, toujours prêt à faire le sceau du challenge : en 2008, il osait l’aventure électro avec le groupe Sheer-K. Naissait alors Mesk, subtile mélange, aussi détonant qu’étonnant de jazz celtique et d’électro hip-hop. De quoi rester optimiste pour la suite de sa carrière.