Nolwenn Korbell

Nolwenn Korbell, encore et encore

Photo 1 Nolwenn Korbell

Le premier de ses quatre albums nous avait pourtant prévenu : Ce n’est pas fini ! Et c’est vrai : quarante ans après ses premiers pas, Nolwenn Korbell est encore belle, et continue d’entretenir son histoire d’amour avec le public, le breton et toutes les langues du monde. Nolwenn the saint, pourrions nous chanter en chœur et en chœur.

Auteure, compositrice interprète, Nolwenn Korbell est également actrice. Elle aurait pu rêver de palme d’or à Cannes, mais comme Yann Fanch Kemener et Denez Prigent, elle recevra finalement le « Kan ar Bobl » récompensant les meilleur(e)s interprètes de la tradition bretonne. Lequel des deux prix est-il le plus cher au cœur de la jeune quimpéroise ?

Enfant de la chanteuse de gwerz Andréa Ar Gouil et de Hervé Corbel, lui aussi amateur de musique bretonne, Nolwenn pourrait également être la fille de l’Eire. Ou du Pays de Galles, le pays de son compagnon. Ou de l’Angleterre, de la Serbie, de la Russie, auxquels elle sait, à l’occasion, emprunter la langue. En duo, avec le guitariste Soïg Sibéril, ou accompagnée de ses musiciens, elle est de tous les grands événements de la culture celtique. Jusqu’au Bout du monde de Crozon, ou sous les étoiles des Nuits celtiques de Bercy, la Finistérienne fait briller ses chansons modernes ancrées dans la tradition à la lumière d’une trop rare flamme féminine.

Nolwenn the Saint

 Son histoire ressemble un peu à un gospel. Une vie entière dédiée à la foi dans l’humanité, comme le confirme le titre de son second album Chaque jour de lumière, sorti en 2006. D’un optimisme à toute épreuve, même si Nolwenn sait voir rouge et aller au combat. Ainsi des deux titres dédiés au naufrage du Bugaled Breizh et à la journaliste russe assassinée, Anna Politovskaïa. « Si tu dis la vérité, tous les chiens te pisseront dessus », dit un proverbe breton. Nolwenn Korbell possède une façon de se mettre à nu qui la préserve pour l’instant de tous les lynchages médiatiques. Nu, comme le souligne son 4e et dernier album, au cœur solide comme le rock. Ce n’est donc pas fini.