Renan Luce

Luce et approuvé

Photo 1 Renan Luce

La Bretagne est bien sûr connue pour ses phares légendaires, sorte d’étoiles des bergers de la mer. Mais elle mérite aussi de l’être pour Renan Luce, une luciole illuminant la chanson française depuis l’année 2006 et un certain Repenti. Même ceux du Clan des miros verront de la lumière et rentreront bien volontiers dans ses tableaux pleins de couleurs

Luce… Comme chance, comme lumière. Pourquoi alors commencer sa carrière par un Repenti ? Pour se faire pardonner de transformer l’essai dès la première tentative, à savoir plus de 800 000 exemplaires écoulés en France ? D’avoir ouvert cette Lettre « arrivée par erreur, maladresse de facteur, aspergée de parfum » et finalement Luce et approuvée par la nation entière ?

 Luce in the sky with diamonds

Pourtant, pour l’heureux trentenaire parisien, la voix n’était pas forcément toute tracée. À commencer par cette adolescence passée à Plourin-lès-Morlaix, où les mauvaises langues diront qu’ils ne se passent plus rien depuis des lustres. Mais Luce était là pour leur infliger un cinglant démenti, auteur compositeur interprète définitivement à la hauteur, la voix douce et le texte suffisamment fort pour se frayer un chemin entre les mots secs de Miossec et l’alphabet de Dominique A.

Chanteur universel puissant l’inspiration à la source d’un univers celte, l’ancien Brestois, Briochin et Rennais n’a a priori pas fini de nous en faire voir de toutes les couleurs. Au royaume des sourds les aveugles sont rois, dit-on. Les nombreux mélomanes ayant écouté les titres clairvoyants du Clan des miros (double disque de platine s’il vous plait !) seront suffisamment lucides pour conclure que le proverbe ne s’applique pas à Renan Luce. Un Luce in the sky with diamonds brillant comme des lucioles, et d’où il n’est pas prêt de redescendre.