Success

Mephisto fêlé!

Photo 1 Success

Qu’on se le dise, Mr Eleganz et ses acolytes sont avant tout des bêtes de scène. Cocktail détonant d’électro choc, de hard rock et de rap enragé, le sillon musical tracé par trois ex-Percubaba et un chanteur crooner volontiers crâneur nous dit que l’enfer est pavé de bonnes inventions. Chronique d’une Sucess tuerie.

Un chroniqueur avisé crut bon de comparer Mr Eleganz, la voix de Success, à un « Angus Young en costume de Lord ». C’est vrai qu’il y a de cela : un peu d’AC / DC nucléaire marié à un aristocrate givré n’hésitant pas à fouetter la foule avec sa cravate. En costume trois pièces ou entravé d’une camisole de farce, le maître chanteur de Success manie l’élégance de crin ou de velours selon les circonstances. Un charme et un charisme méphistophéliques à toutes épreuves, rodés sur la scène des TransMusicales et du monde.

 Success, drug & rock’n’roll

 Electro choc, hard rock ou rap enragé… Sucess est prêt à vendre son âme à tous les diables musicaux, pourvu qu’une énergie démoniaque s’empare de l’assistance. Faust aux mille visages, Mr Eleganz convoque sur le même autel les fantômes de Dave Gahan (Depeche Mode), de Freddy Mercury (Queen) et d’Elvis Presley (The King). Il s’excusait même, quelques jours avant son passage à Rock en Seine, en 2010, de piquer la vedette à Brian Ferry. Un crooner portant la couronne, volontiers crâneur, et franchement mégalo. Que dire d’autre, en effet, quand on décide de choisir le nom de groupe le plus planétaire qui soit ? Quand on prétend vouloir conquérir l’univers, alors que l’on ne déclare qu’un 5 titres, The secret, au compteur ? Là réside sans doute le secret de Success : l’idée que le rock’n’ roll appartient à ceux qui s’en empare, qu’il n’existe aucune limite à la folie. « Sur scène, je prends mes défauts et je les multiplie par mille », déclare notre Méphisto fêlé. « Tout, plutôt que s’ennuyer sur scène. » Entouré de trois ex-Percubaba rompus à toutes les batailles scéniques, Mr Eleganz a le don de vampiriser nos sens. Là où notre Attila du rock rennais passe, l’herbe ne repousse pas, trop piétinée par des spectateurs hypnotisés, littéralement en transe. Aucun exorcisme n’y fera donc. Loin d’être un succédané des légendes du rock, Success est promis à un damné succès.