Ils sont venus en Bretagne !

Terre de fête, la Bretagne compte un grand nombre de festivals et de salles de concerts. Qu'ils soient petits ou grands, la qualité est toujours là et certains sont reconnus au niveau international. C'est donc tout naturellement qu'ils attirent les meilleurs artistes. Que vous aimiez le rock, la soul, l'électro ou le rap, pour découvrir des stars sur scène, venez en Bretagne ! Petit florilège de ces bêtes de scène qui ont fait bouger la Bretagne.

  • Woodkid

    Qui se cache derrière Woodkid ? Un robin des voix, au timbre suave et mélancolique inimitable ; un rabbin des bois hanté par l’histoire familiale… Non, l’habit de la modernité ne fait pas Yoann Lemoine, une découverte risquant fort de faire du Bruit dans Landernau.

  • Shantel

    L’electro est son credo, la musique des Balkans son violon dingue. Du berceau familial des Carpates aux tréteaux festifs des festivals, Shantel enchante la planète gispsy depuis plus de trente ans. Loin de se carapater, les foules s’agitent sur les rythmes du gitan project. 

  • Skip the Use

    Skip the Use

    En 2014, Skip the use, la machine à lessiver les foules, était présent au Festival des Vieilles Charrues !

  • -M-

    Dominique A ? Alexis H.K ? Ou plus simplement -M-, artiste cosmopolite à la carrière gravée en lettres capitales. Avec ses deux tirets en formes d’ailes, le fils Chédid devrait encore nous faire décoller vers des destinations de rêve. 

  • Fauve

    Collectif « indé » en plein décollage, Fauve ouvre sa cage aux idées les plus folles. Entre rap et slam, pop et rock, la bête était déjà du plus bel effet dans le (festival) Panoramas, et a montré une nouvelle fois les crocs en Bretagne l'été 2014 !

  • Gossip

    Gossip

    Né en 2001 à Olympia, le groupe Gossip attendra pourtant huit ans et le tubesque Heavy cross pour atteindre le sommet de l’olympe musical. Une croix que Beth Ditto semble toujours aussi heureuse de porter.

  • Joe Cocker

    Plus de quarante ans de carrière et une trentaine d’albums entièrement dévoués à la devise « sex, drug and rock’n’roll »… Le rock, ça conserve, et la légende Joe Cocker est toujours là, bien vivante. Pour l’entendre encore, les « cœurs enchaînés » iront jusqu’au Bout du monde, le festival.

  • The Bloody Beetroots

    Avec leur nom digne d’un film de série Z, les Bloody Beetroots, ou « Betteraves sanglantes », ont pris l’habitude de faire bouger les dance floor, au rythme de leurs hymnes électro-punk. Les Betteraves ont du jus, un pouvoir paranormal que vous avez pu constater lors du festival Panoramas, et que vous pourrez vérifier lors du festival Fête du bruit dans Landerneau.

  • Neil Young

    Les pilules psychédéliques de son dernier album éponyme, Psychedelic Pill, y sont-elles pour quelque chose ? Trente ans après son premier opus, la musique du Canadien n’a pas pris une ride… Les amoureux du monument du folk rock pourront l’admirer cet été aux Vieilles Charrues.

  • Rammstein

    Créée en Allemagne dans les années 90, la horde hard de Rammstein n’a jamais cessé depuis d’enflammer les scènes du monde, au sens propre comme au sens figuré. Ardent et hardi, le concert donné au Festival des Vieilles Charrues devrait en laisser plus d’un sur le carreau.

  • Nick Cave and the Bad Seeds

    À l’image de Sonic Youth, l’Australien Nick Cave & The bad seeds fait partie des ces artistes inclassables, et par conséquent indispensables. Depuis ses débuts en 1984, le grand corbeau noir est toujours là. Il viendra même bientôt saluer les radieux pirates malouins de la Route du rock, mais cela n’a rien d’un mauvais augure.

  • Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra

    Né sur les cendres encore fumantes de l’ex-Yougoslavie, le groupe Emir Kusturica & The No smoking orchestra met le feu partout où ils passe ; y compris, bientôt, au festival du Chant de marin. Arrivée d’air chaud, donc, mais que les pompiers de Paimpol se rassurent, il ne s’agit que de musique.

  • Craftmen Club officiel

    Craftmen Club

    Formé à Guingamp au tournant du nouveau millénaire, les trois mécanos de The craftmen club la jouent plutôt gant de crin plutôt que de velours et certainement pas gant de toilette. Revendiquant le garage comme art de vivre, leur musique sent bon la sueur et le cambouis. L’essence de la musique, tout simplement !

  • Asaf Avidan

    Un jour / Le jugement. Un an après la sortie européenne du prophétique One day / The reckoning, la sentence est tombée, fervente et unanime : le chanteur israélien Asaf Avidan ira au paradis des groupes de classe internationale. Mais auparavant, le bluesman folk mettra aux anges les milliers de festivaliers de quelques festivals bretons.

  • Lilly Wood & the Prick

    Robin des Bois d’un rock français aux abois, Lilly Wood n’a pas son pareil pour décocher ses flèches en plein cœur de spectateurs toujours plus nombreux. Et si cela ne suffit pas, ses compères sont là pour balancer une petite Prick dans la vitrine.

  • PJ Harvey

    À l’aube des années 90, en plein séisme trip-hop, pendant que l’Angleterre post thatchérienne montrait ses fesses à la reine, l’album Dry « on the rock » révélait Polly Jean Harvey à la face du monde. Vingt ans plus tard, la diva devil n’a pas fini de nous secouer.

  • Mogwai

    Même s’ils ne trustent pas la une des magazines tous les jours, les Écossais de Mogwai comptent parmi les groupes les plus influents du nouveau millénaire. Vivement cet été, et une rafraîchissante touche écossaise.

  • Shaka Ponk

    Shaka Ponk

    Ils sont sept. Sept mercenaires du nord de la France, partisans d’une électrock’n’roll énorme et hors norme. Ou plutôt six, accompagnés d’un singe, le magicien Goz. Prêts pour le choc chic et punk ?

  • Elton John

    À 66 ans, le britannique Elton John est une légende toujours jeune. La super pop star aux 45 albums et aux incroyables records est venu le prouver une fois encore, au micro et au piano, du côté de Carhaix au Festival des Vieilles Charrues en 2014.

  • Lou Reed

    À bientôt 70 piges, le New-Yorkais Lou Reed a bien sûr pris quelques rides, mais chaque come back de l’icône rock est l’occasion de dresser un constat implacable : le loup ridé est irremplaçable, la preuve avec ce gros bouquet de fans loin d’être fané

  • Bob Dylan

    Bob Dylan

    À 70 ans et des poussières, Bob Dylan est toujours plein d’allant. La pierre roule toujours, et le public de Carhaix ne s'est pas fait prier en 2012 pour s’amasser autour de la scène des Vieilles charrues et assister à l’un des concerts du siècle. Tout simplement !

  • Laurent Garnier

    Laurent Garnier

    Que dire de Laurent Garnier, sinon qu’il représente le nec plus ultra de la scène électro française ? Qu’il appartient à cette race pionnière qui, au milieu des années 90 embrasa les pistes de danse ? Que chacun de ses concerts est un pari… Garnier d’avance !

  • Sting

    Sting

    Si Police faisait encore la loi sur la planète musicale, on dirait de Sting qu’il était le gyrophare breton de l'édition 2012 des Vieilles Charrues. Un instant Sting qu'il ne fallait rater sous aucun prétexte.

  • DJ Shadow

    DJ Shadow

    Mis en lumière par le côté obscur de sa musique, Joshua Paul Davis, alias DJ Shadow est considéré comme la figure de proue de l’Abstrakt hip-hop. Une vingtaine d’années plus loin, on ne résiste toujours pas à l’appel de l’ombre.

  • Ben l'Oncle Soul

    Révélé par une surprenante reprise du Seven nation army des White stripes, Ben l’oncle soul ne cesse de nous le répéter : quand Tours fait un détour par Détroit, l’heure est forcément groove…

  • The Kills

    Leur carrière devait être No futur, The Kills ont fait fureur. Faust jumeaux ou âmes sœurs damnées, le duo nous le rappelait récemment dans leur 4e album : du sang chaud coule toujours dans ses veines. Retour sur une success tuerie.

  • Portishead

    Portishead

    Si l’on qualifie parfois certaines reformations de massives arnaques, le retour de Portishead sur le devant de la scène ne devrait pas décevoir les fans des inventeurs du trip-hop. De quoi être résolument optimistes.

  • The XX

    The XX

    C’est, les atomes crochus en bandoulière et les chromosomes dans l’atmosphère, que les radieux pirates de la Route du Rock ont assisté au live de The XX en 2012. Si la musique est minimaliste, le concert sera bien entendu taille XXL.

  • Stromae

    La meilleure histoire belge de l’année 2013 se nomme Paul Van Haver, alias Stromae. À 28 ans, le jeune bruxellois signe l'album de l'année 2013 avec Racine Carrée. Alors on danse… sur la merditude des choses.

  • Moriarty

    Héritiers de Jack Kerouac, ils ont troqué le jazz de la Beat génération contre une folk habitée. Depuis 2006, emmenés par Rosemary, ils font l’éloge de la lenteur, mais ce n’est pas une raison pour les perdre de vue pour autant.

  • Chinese Man

    Chinese Man

    Né en 2004 sur les hauteurs de la Canebière, les trois ingénieux du son de Chinese man auront dû attendre 2011 et la sortie Racing with the sun pour faire le grand bond en avant. De l’OM à Mao, un véritable casse-tête pour les amateurs d’étiquettes.

  • Yuksek

    Yuksek

    Alors que le refrain de Tonight, son hit hystérique, raisonne encore dans nos petites têtes de headbangers impossibles à résonner, Yuksek a pris la tangente pop avec son second album Living on the Edge of time. Une véritable pépite.

  • Baxter Dury

    Baxter Dury

    Inutile de chercher à séparer le bon grain de l’ivraie. Chez Dury, tout est bon, et l’ivresse musicale toujours au rendez-vous. En résumé, plus il y a Dury, plus on est fou.

  • Miossec

    Miossec

    Même si huit galettes portent déjà le nom du Finistérien, l’ami Miossec n’est toujours pas à sec de mots. Tout a déjà été dit, dites-vous ? Les fans répondront présents pour entendre l’histoire se répéter.

  • The Chemicals brothers

    Héritiers du Madchester de la fin des années 80, The Chemical brothers portent très bien leur nom. Leur musique est synthétique, artificielle, mais diablement efficace pour nous décoller les pieds du sol.