Craftmen Club

Garage de vivre

Photo 1 Craftmen Club Photo 2 Craftmen Club

Formé à Guingamp au tournant du nouveau millénaire, les trois mécanos de The craftmen club la jouent plutôt gant de crin plutôt que de velours et certainement pas gant de toilette. Revendiquant le garage comme art de vivre, leur musique sent bon la sueur et le cambouis. L’essence de la musique, tout simplement !

Garage against the machine ? Pas tout à fait, non. Les trois compères de The craftmen club ne renient pas leur époque et savent à l’occasion injecter de l’électronique dans leur belle mécanique, même si cela ne doit pas plaire à tout le monde. Bref, on l’aura compris, Steeve (guitare, chant), Yann (batterie) et Marco (basse) ont un tigre dans le moteur, coutumier des lives bourrés des décharges d’énergie comme nous en recevons rarement. La faute à des mécanos préférant roder leur musique sur scène, à l’image de ces trois tours de piste effectués en moins de trois ans dans les salles de l’hexagone.

Un tigre dans le moteur, donc, mais un turbo pas vraiment beau non plus, le groupe déclarant avec ardeur vouloir être crade sur lui et dans sa musique. Plus difficile qu’il n’y paraît pour notre « prototype rock’n’roll music band » tant l’air du temps est à l’aseptisation et au rock bobo où les bobos, justement, se font rare. Mais qu’importe…

Du rock en blues de travail

En 2002, The craftmen enfilent le bleu de chauffe et brûlent les planches des Vieilles charrues et des TransMusicales. Leur garage enragé teinté de blues à l’âme fait l’unanimité. Leur premier album, Thirty six minutes, dit encore leur soif et leur rage de vivre la musique comme si tout allait s’arrêter demain. À l’image du titre de gloire I gave you orders never to play that record again, les Guingampais passent en boucle et font tourner les têtes et les platines. Les inrockuptibles saluent alors « un des joyaux les plus noirs les plus étincelants de l’hexagone. » Entre John Spencer blues explosion et 16 horsepower, entre Gun club et Nick Cave, dit-on. Un moteur à explosion, avec plein de chevaux sous le capot, un pistolet pour faire le plein, le temps de descendre à la cave ou au garage. Contact !