Nick Cave and the Bad Seeds

La mauvaise graine et l'ivresse

Photo 1 Nick Cave and the Bad Seeds

À l’image de Sonic Youth, l’Australien Nick Cave & The bad seeds fait partie des ces artistes inclassables, et par conséquent indispensables. Depuis ses débuts en 1984, le grand corbeau noir est toujours là. Il viendra même bientôt saluer les radieux pirates malouins de la Route du rock, mais cela n’a rien d’un mauvais augure.

From here to eternity, le premier album sorti en 1984 avait prévenu. La carrière de Nick Cave & The bad seeds serait taillée dans le rock, gravée dans le marbre de la légende. À tel point que Push the sky away, son nouvel opus, oblige notre grand corbeau noir à repousser les limites du ciel pour poursuivre son vol. Your funeral… My trial (1986), Murder Ballads (1996), Abattoir blues (2005)… Depuis 15 albums, l’Australien sème ses Mauvaises graines d’où germent autant de fleurs du mal. Des chansons arrosées de ce lyrisme noir faisant désormais la marque de fabrique de Nick Cave & the bad seeds. En anglais, « cave » signifie « grotte ». Le dandy gothique sortira bientôt au grand air salin de Saint-Malo ; il repoussera de sa voix rauque les remparts de la Route du rock, au fort de Saint-Père. Nous sommes déjà aux anges.