Dinan

Photo 1 Dinan

Est-ce le cœur du valeureux Du Guesclin qui continue de battre, dans la basilique Saint-Sauveur? Toujours est-il que le pouls de la commune des Côtes-d’Armor s’accélère régulièrement, notamment rue de la Soif, à l’occasion de soirées trépidantes.

Rincés par une balade sur la Rance. Exténués par l’ascension de la Tour de l’horloge haute de 45 mètres. Votre gosier et votre estomac implorent votre pitié, et c’est tout naturel. Si le proverbe «qui dort dîne» se vérifie même à Dinan, alors le dicton «qui sort satisfait son besoin de se rafraichir dans la rue de la Soif» s’applique tout spécialement ici. Pour montrer l’exemple, la ceinture de remparts de cette petite ville de 11 000 habitants sait aussi à l’occasion se desserrer d’un cran, pour un plus grand confort. Au carrefour de la Bretagne et de la Normandie, à cheval sur le large estuaire de la Rance, Dinan n’hésite plus et ne dit jamais non quand il s’agit de prendre du bon temps. Pour l’anecdote, le vrai nom de la rue de la Soif est la rue de la Cordonnerie. Une artère médiévale autrefois très peu éclairée, jalonnée de maisons à pans de bois, et où se retrouvaient les manants de l’époque. Les débits de boissons y posent aujourd’hui leurs pompes à bière, autant d’œillets par où faire des… lacets.